Integrascol

rechercher  
ou

mise en garde

> Le Conseil de l’ordre des médecins rappelle que l’information sur la nature de la maladie dont souffre l’enfant reste à la seule discrétion des parents et de l’enfant. Aucune pression ne peut s’exercer sur eux à ce sujet.
S’il est important que l’enseignant puisse connaître et comprendre les conséquences de la maladie ou du handicap sur les apprentissages, cela ne passe pas forcément pas l’exposé du diagnostic en tant que tel.

>Cette information doit être adaptée par chacun, dans le respect de l’individu en particulier, enfant et adulte, et prendre en compte la variabilité d’une même maladie ou handicap selon chaque enfant.

>La consultation d’informations sur un site web n’exonère personne de ses responsabilités professionnelles, civiles et pénales. Les personnes qui s'inspireront des éléments publiés sur le site Intégrascol dans leur action professionnelle le feront sous leur seule responsabilité, car ils disposent de tous les paramètres spécifiques d’une situation particulière pour prendre leurs décisions, ce qui ne peut être le cas des rédacteurs des fiches, qui sont évidemment dans l’impossibilité de les apprécier in abstracto.

Vous êtes ici : accueil > aspects médicaux > Neuropathie Optique de Leber
mise à jour : le 31 01 2012
imprimer | envoyer

Qu’est-ce que la neuropathie optique de Leber ?

La neuropathie optique héréditaire de Leber ou atrophie optique de Leber est une maladie décrite la première fois en 1871 par le Dr Theodor von Leber (1840-1917), ophtalmologue allemand. Elle affecte les nerfs optiques et entraîne une perte brutale de la vue. Elle touche habituellement les hommes jeunes, mais peut survenir à tout âge de la vie.

Mise en garde : le Dr Theodor von Leber a décrit d’autres maladies de l’œil qui sont extrêmement différentes de la neuropathie optique de Leber : l'amaurose congénitale de Leber, les anévrysmes miliaires de Leber, et la neurorétinite stellaire idiopathique de Leber.

Haut de la page

Pourquoi ?

La rétine, le tissu qui tapisse le fond de l’œil, perçoit les images. A ce niveau, des cellules dites « photoréceptrices » transforment le signal lumineux en un signal électrique, qui est transporté par le nerf optique jusqu’au cerveau où l’image est reconstruite et interprétée.

La neuropathie optique de Leber est liée à une dégénérescence des cellules qui composent le nerf optique, ce qui aboutit à une atrophie de celui-ci à l’origine du déficit visuel.

La neuropathie optique de Leber est une maladie d'origine génétique. La particularité de cette affection est que, dans plus de 95 % des cas, les gènes impliqués sont située sur l’ADN des mitochondries - petites structures internes à la cellule responsables de la production d’énergie- et non pas sur les chromosomes du noyau de la cellule comme c’est le cas habituellement. Or les pères ne transmettent pas leurs mitochondries à leur descendance (seule la tête du spermatozoïde, qui ne contient que le noyau, pénètre dans l’ovule lors de la fécondation). La neuropathie optique de Leber est de ce fait une maladie à transmission maternelle.

Plusieurs aspects de la maladie ne sont pas encore expliqués :
- Toutes les personnes porteuses d’une mutation sur l’ADN mitochondrial ne développeront pas la maladie.
- Bien que la présence d’une mutation dans un gène mitochondrial compromet le fonctionnement de la mitochondrie et parfois de la cellule dans son entier provoquant sa destruction, cette maladie n’affecte que les cellules qui composent les nerfs optiques alors que la mutation est présente dans toutes les cellules de l’organisme.
- Certaines habitudes (alcool, tabac ...) et peut-être certains évènements (anesthésie générale, traumatisme, infection ...) pourraient contribuer au déclenchement de la maladie.

Haut de la page

Quels symptômes et quelles conséquences ?

La maladie débute habituellement par une baisse brutale de l’acuité visuelle au niveau d’un seul œil. Le patient conserve sa vision périphérique : seul le centre de son champ visuel est affecté. Autrement dit, quand le patient fixe du regard un objet, il ne le voit pas, ou mal, mais conserve la vision de ce qu’il y a tout autour.
La baisse brutale de la vision s’aggrave rapidement habituellement en moins d’une semaine parfois en 2-3 mois. L’acuité visuelle passe ainsi de 10/10 à environ 1/10, 1/20 voire moins. Dans la plupart des cas, le deuxième œil sera également atteint dans un délai moyen de 2 mois après le premier épisode. Ensuite la maladie se stabilise et il est très rare qu’elle évolue vers une perte complète de la vision (centrale et périphérique). A l’inverse, il a déjà été observé de rares guérisons spontanées, parfois même plusieurs années après le début de la maladie. Plus souvent, il peut exister une amélioration modérée de la fonction visuelle après l’épisode initial. Le type de mutation au niveau du chromosome mitochondrial permet parfois de prédire l’évolution de la maladie.
Rarement, à cette perte de vision peuvent s’ajouter d’autres symptômes : une surdité, des troubles du rythme cardiaque, des troubles de l’équilibre, une déformation de la colonne vertébrale (cyphose).

Haut de la page

Quelques chiffres

La maladie touche majoritairement les hommes : 5 hommes pour 1 femme. Elle se déclare en général entre 20 et 30 ans chez les hommes et entre 30 et 40 ans chez les femmes. Toutefois, il a été décrit des neuropathies optiques de Leber chez des enfants, dès l’âge de 1 an.
La prévalence (nombre de personnes atteintes à un moment précis dans une population donnée), mal connue, se situerait autour de 1 personne sur 50.000.

Haut de la page

Traitement

Il n'existe actuellement pas de traitement spécifique médicamenteux ou chirurgical pour guérir la neuropathie optique de Leber. Divers traitements ont été tentés sans qu’aucun n’ait démontré formellement son efficacité.

La prise en charge comporte quatre aspects :
1. Une rééducation par un orthoptiste , souvent au sein d'un centre multidisciplinaire spécialisé dans la malvoyance, pour apprendre à utiliser efficacement la vision périphérique et les aides tecniques. Il s’agit d’apprendre, avec l'œil dominant (celui dont les capacités sont les plus préservées), à se recréer une zone préférentielle de fixation du regard à un endroit précis de la rétine périphérique (à la place de la zone centrale de la rétine, non fonctionnelle dans la maladie de Leber). Pour un observateur extérieur, cette technique peut donner l’impression que l’enfant regarde de biais ou qu’il a un léger strabisme. Il est important de noter que près de 90% des informations sensorielles utilisées viennent de la vue. Les enfants atteints de maladie de Leber doivent donc apprendre à mieux utiliser leurs autres sens, en particulier l’audition.

2. Des aides techniques diverses facilitant le quotidien des enfants : lunettes grossissantes, loupes, livres à gros caractères, appareils à synthèse vocale, calculatrice à gros caractères, canne blanche, logiciel agrandisseur de caractère (zoom text®) etc. Certains enfants apprennent le braille lorsque leur déficit visuel est important.

3. Un soutien psychologique puisque cette maladie va bouleverser rapidement la vie des enfants concernés et de leur famille, en attaquant un organe clef de la relation à autrui et au monde.

4. L’éviction des facteurs aggravant la neuropathie optique : l’alcool et le tabac sont à proscrire.

Haut de la page

Conséquences sur la vie scolaire

Elles sont variables selon la sévérité de la neuropathie optique. Le plus souvent, l’enfant peut conserver une scolarité en milieu ordinaire, moyennant la poursuite de la rééducation et la mise en place d’aides et aménagements. Lorsque ceux-ci ont une incidence financière ou que l’intervention d’une Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS) s’avère nécessaire, la famille doit s’adresser à la Maison Départementale du Personnes Handicapées (MDPH) afin que soit élaboré un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS), dans le cadre d’un plan de compensation du handicap (voir fiche spécifique).

Parfois l’enfant devra être orienté vers dispositif spécialisé pour déficients visuels comme une CLIS 3 (classe d’inclusion scolaire) ou une ULIS (unité localisée d’inclusion scolaire, certaines permettant la scolarisation d’élèves déficients sensoriels).

Chaque fois que le handicap visuel nécessite une scolarisation adaptée, en classe ordinaire ou dans un dispositif spécialisé, la famille peut solliciter l’intervention d’un Service d’Aide à l’Acquisition de l’Autonomie et à l’Intégration Scolaire (SAAAIS ou S3AIS). Le SAAAIS est composé d’enseignants spécialisés, de psychologues, d’orthoptistes, d’ophtalmologues et de rééducateurs. Il intervient sur notification de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), pour apporter soutien et conseils à l’équipe enseignante, mettre à sa disposition les matériels et équipements spécialisés dont il a besoin et assurer les rééducations. Ces différentes aides et intervenants nécessitent quelques fois un aménagement des horaires scolaires.

Haut de la page

Quand faire attention ?

Le plus souvent, l’élève conservant une vision périphérique, il lui est possible de se déplacer facilement sans heurter les objets alentours, alors même qu’il lui sera très difficile de lire ou de regarder la télévision.

Dans certaines situations, l’élève peut être mis en difficulté et il est important d’y être attentif :

1. pour le suivi des cours en l’absence d’aides adaptées (voir ci-dessous).

2. pour certaines activités sportives tels que les jeux en équipes (football, basketball...), le vélo (sauf le tandem) ou les jeux de balle (badminton, tennis ...). D’autres sports ne présentent aucune difficulté si une guidance est donnée à l’élève (athlétisme, natation par exemple où un guide signale à l’élève son arrivée au bord de la piscine ou la présence d’un élève arrivant en face).

3. lors des sorties scolaires, la plupart des activités sont possibles. En revanche, pour les marches en terrain accidenté ou lorsque la luminosité diminue fortement, la présence d’un accompagnant adulte supplémentaire peut s’avérer indispensable.

Haut de la page

Comment améliorer la vie scolaire des enfants malades ?

Voir fiche Déficience visuelle et scolarisation

Les aménagements de la vie scolaire des élèves atteints de neuropathie optique de Leber nécessitent la mise en place d’un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) pour définir les moyens matériels et humains nécessaires au déroulement optimal de sa scolarité. Le Service d’Aide à l’Acquisition de l’Autonomie et à l’Intégration Scolaire (S3AIS) peut intervenir, sur notification de la MDPH, pour conseiller l’équipe enseignante et mettre à sa disposition les matériels et équipements spécialisés nécessaires.

En fonction des besoins de l’élève, les aides peuvent consister à :
- Placer judicieusement l’enfant dans la classe, en fonction de sa vision (faible acuité visuelle, vision périphérique, etc…) ;
- Assurer une luminosité suffisante dans la salle de classe ;
- S’assurer de la lisibilité des supports d’apprentissages. Rédiger les cours et documents en caractères larges (la police « Arial » des logiciels de traitement de texte est considérée comme la plus lisible) ;
- Prévoir des dispositions particulières pour les examens : octroi d’un temps supplémentaire, loupe, texte à gros caractères, … ;
- Demander l’intervention d’une assistante de vie scolaire (AVS) ;
- Utiliser un support informatique (ordinateur avec le logiciel Zoom Text®…) …

Haut de la page

L'avenir

Cette maladie induit une perte partielle d’autonomie qui oblige la personne atteinte à réaménager son domicile. Pour l’adolescent, dans certains cas, l’orientation professionnelle devra être reconsidérer. Actuellement de nombreuses aides optiques (loupes, textes écrits en gros caractères ...) et non optiques (montre parlante, livre audio, GPS piétons) améliorent l’autonomie. De nombreuses personnes atteintes de neuropathie optique de Leber ont une vie familiale et professionnelle épanouie.

Haut de la page
Enquête de satisfaction et d'audience

voir aussi…

aspects médicaux

scolarisation

associations

Ouvrir les Yeux
Association crée en 2000 pour l’information du grand public sur les maladies touchant le nerf optique.

ANPEA : Association Nationale des Parents d'Enfants Aveugles ou gravement déficients visuels avec ou sans handicaps associés.
Créée par André Glatigny, l’ANPEA a déposé ses statuts en 1964. Dès ses débuts, elle fait preuve d’initiative et agit pour le bien des parents de personnes présentant un handicap visuel.
Plus de 40 ans après sa création, l’ANPEA poursuit les mêmes objectifs : la solidarité avec les familles, l’information, le conseil ainsi que la défense des intérêts des parents d’enfant aveugle ou amblyope.

APEDV : Association des Parents d’Enfants Déficients Visuels
Créée en 1964, cette association s'occupe plus particulièrement des questions touchant à l’enfance et à l’adolescence des jeunes malvoyants :
1/ accueil et soutien des parents,
2/ défense de leurs intérêts moraux et matériels,
3/ scolarisation,
4/ insertion sociale et professionnelle,
5/ accessibilité

UNADEV : Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels.
Fondée en 1929, les actions menées par l’UNADEV visent à développer l’intégration des déficients visuels en leur permettant de bénéficier, de la même manière que l’ensemble de la population, de l’amélioration des conditions de vie.

RETINA France
Association à but non lucratif promouvant la recherche en ophtalmologie.

témoignages

liens


Neuropathie optique héréditaire de Leber
Ce document a été rédigé par Orpha.net, un portail d'information sur les maladies rares. Guide APHP : Handicap visuel de l'Enfant et de l'Adolescent
Guide rédigé par un groupe d'experts multidisciplinaires (spécialistes médicaux et paramédicaux de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, de services de rééducation pour déficents visuels, et d'associations de malades). Le Service d’Aide à l’Acquisition de l’Autonomie et à l’Intégration Scolaire (SAAAIS)
Présentation des rôles et des missions des SAAAIS rédigée par l’Association pour Adultes et Jeunes Handicapés (APAJH). Adresses des MDPH
Pour les coordonnées des MDPH (qui renseignent elles-mêmes à propos des enseignants référents) on peut consulter la page Internet sur le site de la Caisse Nationale de solidarité pour l'autonomie

ressources documentaires


Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience visuelle.
Ce guide Handiscol a été publié par le ministère de l'Éducation nationale en collaboration avec l’INS HEA.
.pdf – 653663 octets