Comment financer les besoins d’un enfant en situation de handicap ?

La vie d’un enfant handicapé peut être difficile. Pour favoriser son autonomie et lui permettre de mieux appréhender le quotidien, il existe des aides techniques. Ces aides sont souvent onéreuses. Voici quelques solutions pour vous aider à les financer.

Les aides techniques, qu’est-ce que c’est ?

Les aides techniques viennent compléter les aides humaines pour aider à l’autonomie et apporter une meilleure qualité de vie aux personnes handicapées. Ces aides techniques sont variées, du fauteuil roulant au matériel pour la douche, des accessoires spécialisés aux prothèses… Car tout enfant différent doit pouvoir profiter de matériel adapté qui l’aide à compenser ses difficultés. Les aides techniques concernent tous les aspects du quotidien, qu’il s’agisse des déplacements, de la toilette, des repas, du sommeil, de la communication, du jeu…

Avant d’investir dans une aide technique, il faut bien s’informer et évaluer au mieux les besoins de l’enfant. Il est souvent possible de faire des essais de matériels à domicile ou chez un vendeur de matériel médical.

Les financements possibles

Il faut d’abord vérifier que l’aide technique est prise en charge par la sécurité sociale. Une prescription médicale est nécessaire pour que la caisse d’Assurance maladie intervienne.
Le plus souvent, il faut éviter d’acheter le matériel avant de demander une aide. Il est nécessaire de joindre des devis et d’attendre les accords des différents organismes. Les délais pouvant être très longs, mieux vaut s’y prendre nettement à l’avance lorsque c’est possible.

L’assurance maladie

Lorsque le matériel ou l’aide technique fait partie des produits inscrits sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables (LPPR), l’assurance maladie peut apporter un soutien financier. Pour cela, il faut une prescription médicale, joindre les devis mais aussi une demande d’entente préalable avec la caisse de Sécurité sociale. Elle va alors pouvoir prendre en charge la partie légale remboursée. C’est la LPPR qui détermine le taux de remboursement et le matériel concerné.

La prestation de compensation du handicap

La prestation de compensation du handicap (PCH) est une aide financière pour “compenser” le handicap. Elle peut servir à financer des aides techniques. Lorsque cette aide figure sur la LPPR mais que l’Assurance maladie ne couvre pas la totalité des frais, la prestation de compensation peut compléter le remboursement de la Sécurité sociale. Il est possible de choisir l’aide la plus avantageuse entre l’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH) et la PCH.

Les aides départementales

En complément de l’aide reçue avec la LPPR et la prestation de compensation, il est possible de s’adresser au fonds départemental de compensation du handicap. Il est géré par la MDPH (la Maison Départementale des Personnes Handicapées) présente dans chaque département. Ce fonds accorde des aides financières pour les frais liés au handicap une fois que la prestation de compensation a été mise en place.

Votre mutuelle

Selon les garanties que vous avez souscrites, votre mutuelle peut également financer les aides techniques et compléter la prestation de compensation.

Les autres aides

Avec une ordonnance, il est possible de demander une aide supplémentaire à la Caisse d’Assurance Maladie ou à la CAF au titre des aides financières individuelles (AFI).

Les services sociaux de la mairie, le CCAS peut également participer tout comme le conseil régional ou certaines associations et fondations.

Pour les personnes salariées, l’Agefiph peut apporter une aide ponctuelle. On peut aussi faire une demande au comité d’entreprise ou à l’employeur.